Histoire et armories

La Ville de Richmond doit son nom à Charles Gordon Lennox, 4e duc de Richmond et de Lennox (1764-1819), gouverneur en chef de l'Amérique du Nord britannique en 1818-1819. 

Richmond est situé à mi-chemin entre Sherbrooke et Drummondville.  Les principales voies d'accès sont les routes 116, 143, 243 et l'autoroute 55 qui relie Sherbrooke à Drummondville. Cette situation géographique a joué un rôle important dans l'histoire de son développement.

 

Une des plus anciennes villes des Cantons-de-l'Est

Les premières fondations eurent lieu en 1797, en même temps que Sherbrooke, Brompton, Windsor et autres fondations dans la vallée de la Saint-François.  À cette époque, Gilbert Hyatt et ses associés s'établirent à ce qui est maintenant la Reine des Cantons-de-l'Est.  Elmor Cushing de même que ses associés s'établirent à Shipton.  Ils furent les premiers arrivés dans les limites de Richmond, de nos jours : carrefour Bridge et Principale.

Pendant les 25 premières années, Richmond ressemblait à tous les autres centres primitifs.  Le chemin Craig, en 1811, en fit une étape sur la Saint-François et lui donna de l'importance à cette époque.

Le nom de Richmond paraît pour la première fois sur un document authentique en 1822. C'est le 28 octobre 1862 que Richmond fut incorporé en village et un maire et des échevins furent désignés le 2 janvier 1863.

Richmond est l'une des plus anciennes villes des Cantons-de-l'Est.  C'est le centre principal pour l'agriculture et l'industrie du caoutchouc et du plastique pour le comté de Richmond. Lors de son incorporation en 1862, l'évaluation municipale se chiffre à 92 000 dollars.  

Le train comme levier économique

L'évolution de Richmond est intimement liée au développement du réseau ferroviaire au pays.  Ainsi, le projet d'une ligne de chemin de fer entre Island Pond (Portland) et Montréal naît dans l'esprit de John A. Poor, avocat et journaliste de Bangor-Maine, et il est appuyé par Alexandre T. Galt, un estrien.  Un groupe de Boston s'intéresse également au projet.  Ce dernier groupe rêve d'une ligne Boston-Montréal.  Quelle ligne doit-on construire?  Pour le déterminer, on organise une course de traîneaux.  Une partie du courrier arrivant d'Angleterre à destination de Montréal est déchargée d'un bateau à Portland et placé sur un traîneau pour le transport à Montréal.  Lorsque le même bateau arrive à Boston, la même procédure est suivie.  Le premier traîneau arrivé déterminera l'emplacement de la ligne de chemin de fer.  Le traîneau en provenance de Portland arrive 12 heures avant celui de Boston.  La dispute est close.  La ligne Portland-Montréal sera construite.

Le 1er juillet 1853, la St. Lawrence and Atlantic Railroad Company entreprend la construction d'une ligne de chemin de fer allant de Longueuil à Island Pond (Vermont), sur une distance de 142 milles (228 km).  La section St-Hyacinthe-Richmond, d'une longueur de 41 milles (66 km) fut ouverte le 20 octobre 1852.  La ligne Québec-Richmond a été complétée peu de temps après et Richmond devient un centre ferroviaire important d'une ligne partant de Chicago à Toronto, de Montréal à Portland.

Centre ferroviaire important, Richmond est à 76 milles (122 km) de Montréal, 90 milles (145 km) de Québec et à 221 milles (356 km) de Portland.  À la fin des années 1800, Richmond compte un palais de justice, deux bureaux de poste, au moins six magasins, une imprimerie, un journal hebdomadaire, une fonderie, quatre hôtels, plusieurs gens de métiers et environ quatre-vingt-six maisons résidentielles.  En 1908, l'évaluation municipale atteint les 579 045 dollars alors que la population se chiffre à 2 500 personnes.

Armoiries

Les armoiries de la Ville de Richmond, telles qu'elles sont actuellement, ont été adoptées par conseil municipal en 2008.  

 

Armes

Le fond de l'écu est divisé en quatre parties qui symbolisent une croisée de chemins ou un lieu de rencontre, à l'image de Richmond.  Ces lignes de division représentent aussi le chemin de fer et la rivière Saint-François, deux moyens de transport importants dans l'histoire de la ville.  La figure principale des armoiries est composée d'un trèfle, d'une rose, d'une fleur de lis et d'un chardon.  Ensemble, elles forment une seule figure qui évoque les premiers habitants du territoire, venus de divers pays pour s'établir dans la région.  Les quatre fleurs sont des éléments repris des anciens emblèmes de la ville.  Elles assurent une continuité du patrimoine emblématique de Richmond.

Cimier

Le castor symbolise l'industrie et le travail des citoyens au mieux-être de leur ville.  Couché sur une branchette de feuilles d'érable vertes, il a figuré pendant de nombreuses décennies dans les anciens emblèmes de la ville.

Devise

La sentence latine signifie « la prospérité vient de l'unité».

Support

Les Grands Hérons sont des oiseaux magnifiques présents sur le territoire de la ville. Ils évoquent le riche patrimoine naturel de Richmond et son emplacement géographique. Ils tiennent dans leur bec une feuille d'érable verte qui rappelle la branchette d'érable du cimier.

Fermer le menu